MangaLyon est l’espace dédié aux Manga à la Librairie La Bourse

Librairie La Bourse Lyon

Au cœur de Lyon, MangaLyon est la boutique spécialisée dans l’achat, la vente et l’échange des manga neufs et d’occasion et la culture japonaise

 

Vous êtes fan de Shôjo, Shônen ou Seinen ? Rendez-vous à la Librairie La Bourse à Lyon !

13 Bis Rue Lanterne 69001 LYON, FRANCE

Le manga Shôjo :

Un manga pour fille qui a son propre monde

Le nom du manga Shôjo vient de l’histoire du Japon. En effet, au début du XXème siècle le système éducatif séparait les filles et les garçons au pays du soleil levant et un type de lecture a été créé pour les « petites filles » (traduction littérale de Shôjo).

Ces ouvrages surveillés et bien pensants ne contenaient que peu de pages de manga proprement dites; jusqu’au milieu du siècle dernier où le pays s’ouvrit tout en s’émancipant peu à peu. Avec l’essor de la culture occidentale et des dessins animés, le manga trouve sa place et il commence à émerger de plus en plus d’œuvres pour jeunes filles. L’apport de Osamu Tezuka (auteur de « Astro Boy » et « le Roi Léo ») et de son « Princesse Saphir » a beaucoup aidé au développement du genre mais c’est réellement dans la dernière partie du XXème siècle que commence à fleurir ici et là les manga Shôjo.
Contrairement au Shônen les mangas pour filles ont trois grands types de déclinaisons.

Les grands types de Shôjo :

Le Shôjo romantique :

Surement le plus répandu, son histoire prend le plus souvent place dans un milieu proche de la réalité : un collège, une petite ville, une maison familiale… (Vampire Knight quant à lui fait entrer du surnaturel dans son histoire). L’intrigue est centrée autour d’une héroïne qui va voir ses émotions troublées par un personnages mystérieux et parfois tourmenté. De situations ordinaires en quiproquo, les péripéties changent d’un manga à l’autre tout en respectant la même trame scénaristique (bien que Nana et Fruit Basket n’aient pas la même histoire, le déroulé reste proche).
Incontournable du Shôjo, le manga Nana

Le magical girl :

S’éloignant du Shôjo romantique et de son monde réel, le magical girl ouvre, comme son nom l’indique, un univers fantastique aux lectrices. Le plus souvent incarné par une héroïne aux pouvoirs magiques, comme Gigi (Gigi) ou qui découvre par hasard ses pouvoirs comme dans les très connus Card Captor Sakura et Sailor Moon.
On note ici un rapprochement avec les caractéristiques du Shônen, une quête qui se profile, des combatsparfois et des alliés.
S’éloignant un peu du shôjo classique, la magical girl comme Card Captor Sakura attire un public plus large

Le Shôjo artistique et sportif :

Une jeune fille au cœur d’une discipline, que ce soit le volley comme pour Jeanne et Serge ou la chanson dans Lucile amour et rock’n’roll.

Le manga Shônen : 

Le manga garçon par excellence

Le manga Shônen est un type de manga. Contrairement au Shôjo qui est un genre de lecture orienté pour les jeunes filles et au Seinen qui correspond à un public de jeunes adultes, le shônen est bien représenté par sa traduction japonaise : « Adolescent ».

En effet ce public de jeunes garçons en quête de héros, de construction et de modèles est celui qui est visé par les Shônen. Car ce terme sert avant tout à définir le lectorat plutôt que le contenu des œuvres.

Une aventure avec un personnage principal bon et candide qui pourra être mis face à de nombreux dangers et révéler ses pouvoirs hors-normes pour vaincre le mal après de nombreuses rencontres et de douloureux efforts peut être à la fois un Shônen et un Seinen en fonction du public qui lira cet ouvrage.

On peut définir un archétype d’histoire de Shônen bien connu et largement utilisé, Sangoku, le héros de Dragon Ball, naïf et candide en est l’exemple.

Que trouve-t-on dans un Shônen ? :

Un héros qui n’en est pas un :

Pour pouvoir se retrouver et s’identifier au protagoniste, au début de chaque histoire le personnage principal n’est pas un héros. Il est même le plus souvent solitaire voire malmené par la vie, par ses camarades … Ordinaire et presque médiocre il est la plupart du temps doué pour une chose : faire rire.

L’exemple le plus emblématique et qui a démocratisé le genre est Sangoku de Dragon Ball mais les grand noms du shônen perpétuent cette tradition, Luffy (One Piece) le représente bien mais aussi Naruto(Naruto), qui montre également lui le second aspect principal du Shônen : 
Naruto orphelin a du grandir seul.

Des parents absents :

Pour compatir au sort du héros et le pousser dans ses futures aventures, celui-ci est souvent seul; ce qui l’amènera à se faire des amis par la suite. En ne montrant pas l’aspect (qui pourrait être rébarbatif) d’une famille avec ses conflits, on en vient à désirer que notre héros trouve ou retrouve sa propre famille. Effectivement la plupart du temps il reste un frère : Edward et Alphonse Elric (FullMetal Alchemist) et parfois la quête elle-même consiste à retrouver se parents perdus : Gon et son père (Hunter X Hunter).

Une qualité unique :

Le personnage principal possède souvent une qualité unique ou au moins rare. il en découle que l’aventure vécue sera possible uniquement grâce à ses actions.
Ce don ou pouvoir se révèle la plupart du temps à un moment critique ou clef de l’histoire et permet un dénouement inattendu. On peut voir Natsu (Fairy Tail) se renforcer à chaque combat du fait de sa particularité, Ichigo (Bleach) est un être unique en son genre, ce pourquoi il peut sauver ses amis d’une manière qui lui est propre.

Le rival :

Il suit différents modèles, de l’ennemi à abattre comme Nobunaga dans Kyo jusqu’à l’ami que l’on veut surpasser (Naruto / Sasuke). Cette mise en avant par l’ennemi intime ne date pas d’hier dans le manga Shônen, cela passe par le sport comme dans Captain Tsubasa ou encore par les combats et la force pure entre Végéta et Sangoku (Dragon Ball Z) .
Les amateurs de Pokémon vous le diront, les rivaux les plus intéressants sont ceux qui relèvent une histoire de manière captivante.
Les Saiyans Goku et Vegeta, sont rivaux mais proches.

La quête :

Chaque bonne œuvre doit avoir un héros qui poursuit une quête qui lui est propre. Pas d’avancée sans motivation et pas d’aventure sans but !
C’est presque un besoin vital que le personnage principal doit satisfaire, retrouver leurs corps d’origine pour les frères Elric dans FullMetal Alchemist, empêcher la mauvaise personne de devenir le ShamanKing pour Yoh…
Tony tony Chopper de One Piece est un exemple.

Les « autours » :

Les ingrédient de bases sont là, voici par ordre d’importance ce qui s’ajoute la plupart du temps !
Un guide, souvent représenté par un maître, il sera un modèle à atteindre pour le héros et souvent un remplaçant de la figure paternelle (Darren Shan et son maître en est un bon exemple).

Un groupe d’amis, soudés, indéfectibles, Ils soutiennent le héros de la meilleure façon qui soit, par les liens d’amitié profonde qui les unissent.

Une mascotte ! Le personnage Kawai (mignon) là pour toucher votre corde sensible : Happy (Fairy Tail) , Chopper (One Piece), Kon (Bleach), Bibi (DreamLand) et bien d’autres !

LA Fille … Parfois amour secret du héros, parfois amie spectatrice ou encore princesse à sauver, les personnages féminins ont longtemps eu un rôle de potiches dans les mangas Shônen, bien que cela tende à changer. En effet, Chichi, Lunch et Ran (respectivement DragonBall et Detective Conan) auraient pu avoir plus d’impact sur l’histoire du héros, mais récemment les fortes têtes gagnent du terrain ; Eve et Sakura (Dreamland et Naruto) n’ont pas leurs langues dans leurs poches et tiennent tête aux garçons.

Des techniques « en veux-tu en voilà » avec des noms très recherchés et qui donnent à eux seuls l’envie de combattre ! Créations personnelles du protagoniste ou héritage ancestral, elles permettent d’avancer et de vaincre tous ses adversaires.
Ichigo, le héros de Bleach et son attaque fétiche.

Le manga Seinen : un genre pour de nombreux univers

Un manga pour homme, jeunes hommes et adultes

Le manga Seinen, littéralement « jeunes hommes » n’as pas une cible éditoriale bien définie comme les Shôjo et Shônen. Il englobe différents sujets tous plus variés les uns que les autres, des enquêtes policières de Naoki Urasawa (20th century boy, Monster, Pluto), aux dégustations de vin de « Gouttes de Dieux » en passant par l’alpinisme (Vertical, le Sommet des Dieux de Taniguchi), allant jusqu’au manga gore, traitant de la mort ou de  philosophie. Chacun peut trouver son compte dans le manga Seinen. C’est ce type de manga qui est le moins connu des non-initiés et cette méconnaissance malheureusement restreint le champ des lecteurs.
Au Japon, il n’est pas rare de voir tous les âges lire les ouvrages qui sont vus en occident comme destinés aux enfants et adolescents, pourtant on peut aisément retrouver le sujet qui nous intéresse dans au moins une œuvre du pays du soleil levant.
Le Seinen permet une lecture plus adulte du manga, comme ici avec Ami, l’Antagoniste du héros dans 20th century boy

[trx_testimonials count="3"][/trx_testimonials]
Style switcher RESET
Body styles
Color settings
Link color
Menu color
User color
Background pattern
Background image